Ne ratez pas notre cycle de ciné-débats Clim'ATTAC - Un cycle sur le climat afin de réfléchir ensemble à notre avenir, à l’impact de nos modes de consommation sur notre environnement, aux conséquences des choix politiques et commerciaux sur le climat.
Plus d'infos

Impôts et austérité

Puisqu’une réduction d’impôts de 16,1 milliards d’euros a été accordée aux entreprises faisant le plus de bénéfices en 2010, pourquoi faut-il faire la chasse aux jeunes, aux chômeurs et aux prépensionnés ?
Trends Top et le PTB ont compté que les entreprises dont les bénéfices font plus de 10 millions d’euros sont taxées en moyenne à 5,73%. Le total de leurs bénéfices se monte à 57 milliards d’euros, sur lesquels elles ont payé 3,3 milliards d’impôts.

Le taux d’imposition officiel sur les bénéfices des entreprises est de 33,99%. Si ces entreprises avaient effectivement été imposées à ce taux, ce n’est pas 3,3 mais 19,4 milliards d’euros qu’elles auraient du payer. Mais grâce à tous les cadeaux fiscaux offerts aux entreprises, le taux est tombé à 5,73% et elles ont donc bénéficié d’une réduction de 16,1 milliards d’euros.

Supposons que le taux d”imposition pour ces entreprises passe à 20%. Les rentrées pour l’État seraient alors de 11,4 milliards d’euros. Combien de milliards, encore, cherchait notre gouvernement ?
Pourquoi s’en prendre aux jeunes, aux demandeurs d’emploi et aux prépensionnés ?

Parce que les patrons souhaitent disposer d’une réserve de travail, ou dit autrement de suffisamment de chômeurs. S’il y a plus de demandeurs d’emplois que d’emplois disponibles, alors il y a pression vers le bas sur les salaires. “ Tu veux être payé plus ? tu ne veux pas de flexibilité ? Pas de souci, il y a assez de chômeurs qui sont prêts à travailler dans de moins bonnes conditions et pour mois cher.”(1)

Bron: Het Pensioenspook, Gilbert De Swert, p.17

Il ne faut pas réduire les dépenses, mais redistribuer le travail et la richesse.

Guido Deckers (CSC)


Laisser une réponse

Accueil