32 ans de plomb pour Agadil et ses camarades

Le 19 janvier 2012, la cour d’appel de Safi a prononcé des jugements iniques envers plusieurs militants du mouvement contestataires de Safi (les détenus du 1er août) et les environs.

Parmi eux, le camarade Abdeljalil Agadil, membre d’ATTAC/CADTM Maroc et le Mouvement du 20 février (M20), les peines prononcées sont comme suit:

1. Hicham Tani, A. Agadil, Ali Taâban et El Mehdi Ghiwam: 4 ans de prison ferme

2. Amine Abou Al Iddam, Omar Martab, Yassine Al Mahili, Abdelkarim Koundi, Abdelkader Al fidadi, Adil Zaid et Amine El Touzani: 2 ans de prisons ferme

3. Mohamed Assarssar et Boujemaâ: Un an de prison ferme

4. Miloud Al Habti et Aziz Benchrifa: 4 mois de prison ferme

 

 

Safi, déjà meurtrie par la perte de deux de ses jeunes (Kamal Amari et Mohamed Boudourwa) suite à la répression policière sanglante de 2011, subit les foudres d’un appareil répressif local. L’objectif de ces arrestations et ces condamnations est d’empêcher tout enracinement populaire du M20 à Safi comme ailleurs.

Pourtant, ce mouvement populaire a démontré tout au long des 11 mois passés, qu’il n’est pas prêt de s’arrêter tant que le despotisme et la corruption sévissent dans notre pays.

Suite à ce jugement injuste, le Secrétariat national d’ATTAC/CADTM Maroc annonce ce qui suit :

• La responsabilité de cette mascarade et ces jugements iniques incombe à l’Etat et toutes ses institutions.

• Le procès d’Agadil et ses camarades est politique et il n’y a rien d’un simple dossier pénal.

• Nous exigeons la libération immédiate des prisonniers politiques dans les événements du 1er août à Safi.

• Ceux qui devront être jugés se sont les auteurs de crimes économiques et politiques dans notre pays et non pas ceux qui luttent contre le despotisme et le népotisme.

• Nous appelons les organisations militantes ici et ailleurs de continuer leurs actions de solidarité avec ces militants et tous les autres prisonniers politiques au Maroc.

• Ce procès renforce notre conviction que le changement effectif au Maroc passe par l’enterrement de la constitution du régime absolu et la construction d’un régime démocratique. La solidarité et la pression populaire nous permettrons de libérer nos camarades comme se fut le cas en 2005 avec les détenus dans le procès d’Imini qui ont écopé de 10 ans de prison et le mouvement de solidarité nous a permit d’obtenir leur libération.

Secrétariat national d’ATTAC/CADTM Maroc 20 janvier à Rabat


  • Publié : 10 ans ago on 24 janvier 2012
  • Par :
  • Dernière modification : août 31, 2016 @ 3:42
  • Catégorie : News

Laisser une réponse

A la une !