[Agora des Habitants de la Terre]

Madame, Monsieur

Par la présente, nous nous permettons d’attirer votre attention et solliciter votre soutien – une signature – à l’initiative de notre association citoyenne internationale l’Agora des Habitants de la Terre, en faveur d’une politique mondiale commune publique contre la pandémie de Covid-19., libérée des brevets et hors marché.

En effet, l’Assemblée Générale de l’ONU vient de convoquer, pour les 3 et 4 décembre prochains, une Session Spéciale sur la pandémie de Covid-19 au niveau des chefs d’État et de gouvernement. Il a fallu plus d’un an de discussions pour surmonter l’opposition de certains États, notamment les États-Unis de l’ancien président Donald Trump.

La tenue de cette Session Spéciale (la 37e de l’histoire de l’ONU), revêt une importance considérable. Elle constitue une occasion unique pour la définition et la mise en œuvre des actions communes au plan mondial de lutte contre la pandémie dans l’assurance du droit à la vie et à la santé de tous les habitants de la Terre. Comme l’écrit le Président de l’Assemblée Générale de l’ONU dans sa lettre de convocation : « Let us not forget that none of us are safe, until we are all safe ».

Le moment est historique. Il en va du devenir de l’ONU et surtout de la capacité de nos sociétés de donner à la vie une valeur universelle libérée de toute subordination aux “raisons” marchandes, économiques et de puissance. La santé, la vie, n’est pas une question de business, de profits, ni de puissance nationale, de domination ou de survie des plus forts.

Cette session spéciale est également très importante, car elle représente une grande occasion pour nous, citoyens. Elle nous incite à exprimer nos priorités et souhaits, à faire pression sur nos dirigeants élus pour que leurs décisions soient conformes aux principes constitutionnels de nos États et à la Déclaration Universelle des Droits Humains et à celle des Droits des Peuples.

En tant qu’Agora des Habitants de la Terre, nous sommes déjà intervenus en septembre auprès du Secrétaire général de l’ONU en défense d’une politique de la santé sans brevets privés à but lucratif et gratuite (sous la responsabilité financière collective) (voir https://www.pressenza.com/fr/2020/09/lettre-ouverte-au-secretaire-general-de-lonu-sur-le-vaccin-covid-19/).

Signalons à ce sujet que le 23 octobre dernier, au niveau de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), les pays « riches » du nord (États-Unis, Union européenne, Norvège, Suisse, Royaume-Uni, Australie, Japon…) ont rejeté la demande présentée par l’Afrique du Sud et l’Inde, soutenue par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et d’autres pays du sud de suspendre provisoirement l’application des règles concernant les brevets dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Cette suspension devait permettre aux populations des pays appauvris un accès juste et efficace aux soins contre le coronavirus.

Voici en résumé les propositions que nous comptons soumettre au Président de l’AG de l’ONU en tant que contribution aux travaux de la rencontre des 3 et 4 décembre.


  • Publié : 2 semaines ago on 12 novembre 2020
  • Par :
  • Dernière modification : novembre 16, 2020 @ 2:16
  • Catégorie : Accueil

Laisser une réponse

A la une !