« Le transhumanisme, un projet antidémocratique (mais pas seulement) » exposé de Bernard Legros.

Le 6 avril de 10h à 13h au Centre Leonardo Da Vinci à Seraing.

Repérable sur la Toile dès le milieu de la décennie précédente, aujourd’hui de plus en plus relayée par des médias et des politiques séduits, la doctrine transhumaniste est née dans la Silicon Valley au début des années 1980. Dans une première étape, elle recommande l’« augmentation » physique et cognitive de l’être humain par le recours aux nanotechnologies, aux biotechnologies, à l’informatique et aux sciences de la cognition (dites « technologies NBIC »), dont la convergence est recherchée et scientifiquement réalisable. Dans une seconde étape, l’humain devra s’hybrider avec la machine, sous peine de déclassement, voire d’extinction. Le tout à grand renforcement d’intelligence artificielle. Ce projet concernera directement une minorité fortunée qui atteindra le statut de « surhommes », alors que la masse des non augmentés représenteront, eux, les « chimpanzés du futur ». La lutte des espèces viendra-t-elle remplacer la lutte des classes ?

Bernard Legros est enseignant, essayiste, collaborateur à Kairos et à La décroissance et militant au Mouvement politique des objecteurs de croissance et à l’association Fin du nucléaire.


Laisser une réponse

Accueil