DECLARATION DES ORGANISATIONS AFRICAINES PRESENTES AU FORUM ALTERNATIF MONDIAL DE L’EAU

Nous, organisations africaines ayant participé au Forum Alternatif Mondial de l’Eau à Marseille du 14 au 17 mars 2012,

Considérant les pressions toujours accrues des multinationales sur les ressources en eau en Afrique,

Considérant la privatisation des régies publiques et des sociétés de distribution d’eau en Afrique,

Considérant les multiples atteintes aux droits des peuples africains à l’accès à l’eau potable,

Considérant les luttes menées notamment au Maroc, au Ghana, au Kenya pour la défense du droit d’accès à l’eau et à l’assainissement par les mouvements sociaux et les syndicats,

Considérant les conséquences des diverses pollutions des ressources en eau en Afrique après un siècle d’extractivisme et d’exploitation minière anarchique sur le continent,

Considérant la virulente attaque du capitalisme mondialisé contre les terres et les ressources en eau partout en Afrique qui constitue une véritable recolonisation du continent,

Considérant les luttes des paysans africains contre l’accaparement des terres, des forêts, et des ressources en eau (cas symbolique de Ben S’mim au Maroc),

Considérant les souffrances des femmes et des jeunes filles africaines pour assurer à leurs familles l’accès à une eau saine,

Considérant les dommages causés par les barrages existant sur les fleuves Nil, Congo et autres fleuves africains,

Vues les victoires éclatantes des mobilisations populaires des peuples au Maghreb pour la démocratie et l’accès à l’eau pour tous,

Nous saluons la reconnaissance par les Nations Unies du droit à l’eau comme un droit universel. Nous appelons à ce que :

– Le droit à l’eau soit reconnu dans la charte africaine des droits humains – Des politiques publiques soient développées pour éviter que les têtes des femmes et des enfants ne servent de tuyaux d’adduction d’eau.  

Nous exigeons :

– La fin des privatisations des régies publiques et des sociétés de distribution d’eau en Afrique

– La reconnaissance de la dette écologique due par les multinationales après des siècles d’exploitation des ressources minières en Afrique

– La participation des usagers, de la société civile et particulièrement des femmes dans la gestion des ressources en eau en Afrique

– La fin des prêts de la Banque mondiale et des banques de développement pour les projets d’adduction d’eau en Afrique et l’augmentation des aides publiques sans conditionnalités pour la mise en œuvre de ces projets,

– La fin de la construction des barrages sur les fleuves d’Afrique et le dédommagement de toutes les populations africaines ayant souffert des projets de barrages,

– Davantage de financement pour le développement des toilettes sèches et des structures d’assainissement en Afrique

Nous appelons les organisations et réseaux de la société civile en Afrique à s’unir pour que l’eau soit à jamais mise hors des marchés financiers et qu’elle ne soit plus source de profit.

EAU SOURCE DE VIE PAS DE PROFIT

Fait à Marseille le 17 mars 2012

 Organisations signataires 1- ATTAC/CADTM – TOGO 2- ACME MAROC 3- COMITE MALIEN POUR LA DEFENSE DE L’EAU 4- LAAWOL DIAM LA VOIE DE LA PAIX – SENEGAL 5- ENDA RUP – SENEGAL 6- VISIONS SOLIDAIRES – TOGO 7- ONG EL WAFA – MAURITANIE 8- SYNDICAT AUTONOME DES TRAVAILLEURS DE LA SENEGALAISE DES EAUX 9- PUBLIC SERVICE INTERNATIONAL – AFRIQUE 10- ONG MARS – TOGO 11- ASSOCIATION SONG-TAABA (ASFUD) – BURKINA FASO 12- AGDF – MALI 13- DSF FEGUI – MALI 14- MIKA KAYES – MALI 15- ASSOCIATION POUR LA DEFENSE DES DROITS DE L’EAU ET DE L’ASSAINISSEMENT – SENEGAL 16- CONGO ACTION – RD CONGO 17- ONG RAYOUWAN – MATA – NIGER 18- ASSOCIATION PANAFRICANISTE DES DROITS CIVIQUES DES FEMMES 19- TUICO- SYNDICAT DES TRAVAILLEURS – TANZANIE 20- WETUM – SYNDICAT DES TRAVAILLEURS – MALAWI 21- VILLAGES DURABLES – RD CONGO 22- RESEAU EAU HYGIENE ET ASSAINISSEMENT (REHA)- RD CONGO 23- HESHIMA 24- PLANETE AFRIQUE – GABON / REPUBLIQUE CENTRALE AFRICAINE. 25- ZANZIBAR WATER AUTHORITY – TANZANIE 26- ASSOCIATION METOKA – BENIN

Communiqué d’Attac France

Succès populaire du Forum alternatif mondial de l’eau

Si le Forum mondial de l’eau a bu la tasse, le Forum alternatif, organisé pour faire entendre d’autres voix que celles des multinationales et des gouvernements, a rassemblé près de 5000 personnes, c’est-à-dire beaucoup plus que ce qui était prévu, dans une ambiance chaleureuse et constructive et avec une forte participation de la population marseillaise.

Le forum a été organisé par de nombreuses associations, réseaux, syndicats, parmi lesquels Attac dont les comités locaux ont joué pleinement leur rôle.

Les luttes de dizaines de pays pour l’eau comme bien commun étaient représentées et plus de 50 ateliers se sont tenus.

Dans un pays champion des multinationales de l’eau et dans une ville qui a confié la gestion de son eau à Veolia et Suez, les mouvements citoyens présents revendiquent une gestion publique et citoyenne.

Elle nécessite de remettre en cause le mode de développement productiviste, dans l’agriculture, dans l’industrie comme dans l’énergie, à commencer par les projets d’exploitation des gaz de schiste qui ravageront les eaux, les sols et les paysages.

Elle s’oppose à l’économie verte telle qu’elle sera défendue par les élites politiques et économiques en juin au sommet de Rio +20, qui vise à soumettre la nature et nos sociétés à la loi du marché.

La société civile brésilienne, avec la participation du mouvement altermondialiste, et notamment Attac, organisera à Rio un sommet des peuples, ainsi que des actions décentralisées dans chaque pays le 20 juin pour faire entendre d’autres voix et construire des alternatives.

Attac France, A Marseille le 17 mars 2012


  • Publié : 7 années ago on 28 mars 2012
  • Par :
  • Dernière modification : août 31, 2016 @ 3:42
  • Catégorie : News

Laisser une réponse

Accueil