Suite aux décisions du Conseil national de sécurité les activités d'Attac Liège sont annulées jusqu’au 19 avril inclus. Dans la mesure du possible nos activités seront reportées à une date ultérieure. Nous vous tiendrons au courant.


Nous vous proposons une page spéciale Corona virus qui contient toute une série de documents, blogs, vidéos, ... Nous continuerons à alimenter cette page les semaines à venir pour garder un esprit critique face à cette pandémie !
Notre page Corona docs

[Gérard Prévinaire]

Le 27 décembre dernier, dans une interview à la SRF (Radio Télévision Suisse), Ueli Maurer, Président de la Confédération suisse et chef du Département fédéral des finances a déclaré que le projet Libra a échoué sous sa forme actuelle. Le panier de devises constituant la réserve(1) ne peut pas être accepté tel qu’il est par les banques centrales.(2)

Selon Jonathan J. Attia et Thibault Verbiest, la «FINMA (Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse) a déjà déclaré que Libra devrait devenir au moins un établissement de paiement. Mais en réalité, Libra, […] est plutôt destinée à ressembler à une Banque centrale mondiale, et il n’y a pas de réglementation à ce niveau.»(3)

Dans le périodique du FMI, Finances & Développement de décembre 2019, José Antonio Ocampo a signé un article intitulé : «L’heure du DTS est venue»(4). Il est ancien ministre des finances et du crédit public de Colombie, professeur à l’université Columbia à New York (USA), membre du Conseil de la banque centrale de Colombie et auteur d’un ouvrage intitulé «Resetting the International Monetary (Non) System» (accessible en libre accès)(5).

A ce jour, cette dernière réflexion lue au sujet de la Libra me semble aller dans le bon sens : la réforme du système monétaire international. Et cela, même si la solution proposée est critiquable. En effet, comme le “bancor” de John Maynard Keynes, les DTS devraient être une véritable monnaie internationale émise par une banque centrale mondiale et non la correspondance d’un panier de monnaies nationales. Cette monnaie internationale ne serait utilisée que par les banques centrales nationales et non les agents économiques dans les économies nationales.(6)

Vous voulez comprendre ces histoires de monnaie ? Participez au prochain Repair’Class et lisez le feuilleton sur la financiarisation de l’économie et une autre monnaie mondiale : un article d’Élie Sadigh, que nous vous proposerons de plusieurs épisodes dès le n° 101.

1. https://frama.link/attac_lg_100_05

2. https://frama.link/attac_lg_100_06

3. https://frama.link/attac_lg_100_09

4. https://frama.link/attac_lg_100_07

5. https://frama.link/attac_lg_100_08

6. Voyez Claude Gnos, Jean-François Ponsot et Sergio Rossi, “Réformer l’architecture monétaire et financière internationale”, in L’économie post-keynésienne, Histoire, théorie et politiques, sous la direction de Eric Berr, Virginie Monvoisin, Jean-François Ponsot, Editions du Seuil 2018, p. 395 à 412.


Laisser une réponse

A la une !