[Par Christine Pagnoulle]

Johann Chapoutot, Libres d’obéir. Le management du nazisme à aujourd’hui, i, Paris, Gallimard nrf essais, 2020, 171 p., 16 €

Une étude historique rigoureuse et fascinante. Je remercie ici Michel Weber
de me l’avoir fait découvrir. Elle met en lumière la continuité entre des méthodes élaborées par la direction SS lors de l’expansion du troisième Reich et le «management » mis en place après-guerre, en République fédérale Allemande et dans l’ensemble du «monde libre» Si le nazisme est
indissociable d’exterminations ciblées et d’une hiérarchie sans faille, des territoires de plus en plus vastes à gérer avec des moyens humains réduits vu le contexte militaire ont obligés les brillants jeunes intellectuels à la
tête du Sicherheitsdienst (service de sécurité) de la SS à élaborer des approches créatives et décentralisées. Les objectifs sont fixés par le sommet de la hiérarchie, mais chaque unité, voire chaque exécutant, est libre d’utiliser les moyens de son choix afin de les atteindre. Ce système de délégation de responsabilités (sans droit de regard sur les fins poursuivies) sera repris avec enthousiasme par les cadres d’entreprise, qui vont d’ailleurs en grand nombre se former auprès d’un ancien SS de haut rang, le Prof. Dr Reinhard Höhn. Voilà qui rend compte de l’aliénation mortifère du système, qu’il s’agisse de ‘solution finale’ ou de «relance de la croissance
». Une autre économie est possible !


  • Publié : 6 mois ago on 18 décembre 2021
  • Par :
  • Dernière modification : février 18, 2022 @ 2:18
  • Catégorie : Livres

Laisser une réponse

A la une !